Carnet de bord d'un clandestin

Publié le par Etonnants Voyageurs

Dans la Rotonde Jacques Cartier, des photos attirent l'attention du passant, buvant tranquillement son café. C'est le visage de Kingsley, un jeune camerounais de 22 ans qui rêve d'être un jour footballeur professionnel. Au fil des images, on découvre son destin : celui d'un homme qui quitte son pays, sa famille, tout ce qu'il connaît pour partir en Europe dans l'espoir d'une vie moins pauvre. En toute illégalité, Kingsley traverse l'Afrique subsaharienne pour atteindre le Maroc. La soif, la sécheresse, les pannes, l'attente, la faim, les attaques de bandits, l'attente encore qu'un hypothétique passeur se montre enfin.Arrivés au Maroc, les clandestins voient l'Espagne au loin. Touchent presque le rêve européen. Il ne reste plus qu'à traverser ce petit bout de mer... Kingsley connaît son premier naufrage en embarquant dans une barque de fortune, où périssent plusieurs de ses compagnons. Miraculeusement rejeté sur la plage, arrêté, puis libéré, il tente à nouveau de passer en Espagne, en passant par les Canaries. Au bout d'un périple usant, le jeune homme arrive enfin en France où il retrouve son meilleur ami dans une gare parisienne: " C'est la joie des retrouvailles. Je pense que j'ai fait le plus dur et que j'ai réussi. En réalité, ça continue. Je suis un hors la loi car je suis clandestin. Et ça fait mal. Je ne peux rien faire sans avoir peur".

Photographe de l'agence SIPA, Olivier Jobard a réalisé ce très beau reportage, "Une traversée clandestine", en accompagnant un groupe de clandestins et leur embarcation entre le Maroc et les Canaries. Publié dans plus de vingt pays, le reportage a reçu le Grand Prix Paris Match 2004. Olivier Jobard voulait "mettre un nom et une histoire sur ceux qu'on appelle les sans papiers". Kingsley vit aujourd'hui en France et a obtenu une carte de séjour.

Florence Brissieux 

Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article