Vivre à Cuba, passionnément

Publié le par Etonnants Voyageurs

"Il ne faut pas oublier qu'à Cuba les gens n'ont rien" c'est Jean-Luc Marty qui parle, rédacteur en chef du magazine Géo, auteur de Rumba (Julliard, 2008) et grand voyageur s'il en est. Cet amoureux de l'île du Che participe à la rencontre qui se déroule à l'Univers sur le thème "Passion Cuba", avec Wendy Guerra auteur cubaine de Tout le monde s'en va (Stock, 2008) et l'américain Ben Fountain Brève rencontre avec Che Guevara (Albin Michel, 2008).

Cuba, dans l'imaginaire européen, c'est un pays qui vit en autarcie sous le régime communiste de la famille Castro depuis la révolution menée par l'emblèmatique Che Guevara, le tout en buvant du rhum et en fumant des cigares. Pas du tout. Cuba, c'est une île pauvre, où les gens ont faim et manquent de beaucoup de choses. C'est aussi une nation complexe ethniquement autant que culturellement.

A la chute du soviètisme, Cuba s'est retrouvée définitivement isolée sans son allié historique, et toujours sous le coup de l'embargo américain. Guerra raconte cette époque, ce vide, ce rien qu'il était difficile de vivre au quotidien, cette sensation de "se sentir gelée en plein coeur des Caraïbes" baigant sous 40°. Jean-Luc Marty a pu observer cette période et dresse le même constat : "On avait l'impression que toute l'île s'était mise en position d'attente", du sol au ciel en passant par le vivant qui l'habitait, tout attendait... Dure réalité politique qu'il faut pourtant accepter pour vivre à Cuba.

Cuba c'est aussi le lieu de croisements éthniques incroyables, d'une complexité culturelle et religieuse démesurée. La mixité raciale à Cuba pose une question fondamentale de catégorisation de la population. Et pas de blague ! On discute réellement de savoir à quelle origine noire on appartient, ce qui détermine également en quelle religion l'on croit. Idem avec les latinos, les blancs, etc. Quelque part, c'est un peu la grande histoire du monde qui s'écrit là-bas. Vivre à Cuba n'est pas facile, mais ceux qui y sont allé (comme ceux qui y vivent) décrivent l'endroit avec une passion qui a elle seule définit Cuba.

Paul Vulcain

Publié dans Rencontres

Commenter cet article